A la question : qu'est-ce que les anglais savent faire mieux que personne, je dirais le pudding, la bière, les chips (si, si, même leur packaging déchire) (et non, le pudding n'a rien à voir avec l'infame gâteau avec de la croûte de pain ou qu'en sais-je encore).

ET si il y en a un autre truc qu'ils savent pas faire, je dirais que ce sont les trains.

Puisque je crois que la véritable raison pour laquelle les îles britanniques ce sont montrées si frileuses à accepter l'Eurostar, ce n'était pas seulement pour la sauvegared de leur statue d'insulaire mais bien plutôt pour l'incapacité latente à faire marcher tout ce qui peut se trouver sur des rails. Et à plus forte raison, de l'admettre pour accepter finalement que ce soit la France qui fournisse le-dit train.

La preuve en est, je suis tout de même une fréquente utilisatrice de l'Eurostar et n'ai jamais experimenté le moindre retard de Paris à Londres (et je le prend le lundi matin en heure de pointe alors si il y avait un retard, mon boss ne manquerait pas de me le faire remarquer), il n'en est pas de même dans l'autre sens. Londres-Paris, en dehors de l'heure qui se perd sous le tunnel on ne sait trop comment, se voit souvent rallonger d'une petite demi-heure en moyenne, permettant ainsi aux usagers de profiter des tempétarures polaires des voitures.

Même un britannique, fier de sa patrie a récemment admis que l'on ne pouvait pas faire plus étrange réseau que celui des îles britanniques. Et ce, pour une simple raison, tel un jeune adolescent, le réseau ferrovière en ces contrées refuse un quelconque système qui lui permettrait d'être un peu organiseé et de fonctionner de manière optimale : un train circulant tous les jours d'un point A à un point B, via une gare E ne finira effectivement jamais sa route sur le même quai...  Ce qui en dit long sur son fonctionnement. J'en conviens, cela fait que l'on a une surprise chaque jour... Mais il est tout de même des surprises dont on se passerai quand on finit par se retrouver coincé juste avant d'arriver à la gare puisqu'aucun quai n'est libre... Et ce, en moyenne trois fois par semaine. Tout en payant un prix faramineux (une carte de métro mensuel juste pour le réseau central, zones 1 et 2 coûte en moyenne 150EUR).

Le plus drôle étant qu'ayant voyagé récemment en Inde, je m'attendais au pire des chaos puisqu'il faut bien le dire, la péninsule indiennes doit son système ferrovière à son ancien colonisateur. Que nenni mon ami : l'Inde a un système qui - en plus d'être à des prix défiants toute concurrence est d'une efficacité à couper le souffle... La seule chose que l'on pouvait lui reprocher était la fraîcheur due aux ventilateurs lorsque l'on se trouvait sur une couchette en hauteur... Comme quoi, ils ont peut être léguer un système efficace mais n'ont pas oublié de former des gens à la main lourde sur les systèmes de clim'.

Bref, tout ça pour revenir aux températures polaires de ce début d'année (les 12 premiers jours de janvier correspondants au temps des 12 mois à venir -selon ma mère- on va donc se les cailler en juillet), je voulais tout de même vous souhaitez une très bonne année 2009 :)

432_contact_train

" Je ne voyage jamais sans mes mémoires. Il faut toujours avoir quelque chose de sensationnel à lire dans le train. " - Oscar Wilde