Et oui ! Petit post de rentrée oblige... Puisque je l'avais promis depuis longtemps... Un petit billet sur ce sport éminament énigmatique qu'est le cricket.
J'ai l'immense honneur de résider à côté d'un des plus grands stades de cricket d'Angleterre -paraît-il- et dois avouer (mea coule plus) ne jamais y avoir posé le pied. Et ce pour plusieurs raisons : les tickets coûtent un prix faramineux (à en voir les revendeurs à la sauvette à la sortie du métro compter leur billet), la météo farceuse, et bien sûr l'incompréhension totale que m'inspire cette activité (peut on vraiment appeler cela un sport, sérieusement ?).
Cela fait en effet 3 ans et demi que je vis en terre britannique et bien que je considère avoir réussi mon intégration (du moins le pense-je... J'en suis tout de même à mettre du lait dans le thé), j'avoue que le cricket est l'élément de la culture British par excellence qui me laisse perplexe. Après m'être fait expliquer les règles en long en large et en travers... Pas moyen d'y entraver quelque chose. Après moultes recherches, j'en suis arrivée aux conclusions/explications suivantes quant à mon hermétisme latent (ou mauvaise volonté, c'est comme vous voudrez) :

1/ je suis particulièrement stupide

2/ je suis trop continentale (aucun de mes parents ne vient d'un pays du Common Wealth puisque je crois que c'est là que réside l'astuce)

3/ j'ai simplement mieux à faire de mon temps que de chercher un intérêt à ce sport ridicule

Personnellement je pencherai pour la 3è solution. En effet, une des explications à l'intérêt d'aller voir du cricket puisqu'il peut ne RIEN se passer pendant 3 heures de rang et des matchs peuvent en effet durer plusieurs jours (si c'est pas affligeant !), c'est a priori que ce soit "a nice day out" dixit mon colocataire. Je veux bien croire que ce soit une journée sympa à passer dehors (encore que, il faut que le ciel soit de la partie ! -> jeu de mots de m... Je sais, ça vous avait manqué !), menfin dépenser 120 EUR pour aller se prendre des coups de soleil sur le front, boire de la bière, lire son journal (bah oui, vu que rien ne se passe, il faut bien passer le temps), rouker -mot du jour bonjour !- sur un siège inconfortable et à l'occasion voir des gugusses se débattre dans un déguisement de martien, il faudrait peut être pas abuser ! Je préfère allègrement aller me grâler la moëlle dans l'herbe du parc à côté... Ca me coûte tout de même moins cher que d'aller me griller les neurones en compagnie de supporter aussi plein de bière qu'un stade de foot (mes excursions en dehors de la maison lors de la fin des matchs l'atteste... Ce n'est PAS un sport de gentleman).

D'autant que lorsque me vient l'envie de comprendre à quoi sert toute cette mascarade (en gérénal après un match), aucun des fans de cricket que je connais n'est capable de m'expliquer les règles de manière simple et clair ... J'en ai déduit que la degré de compréhension du jeu était inversement proportionnel à la quantité de bière ingéré ce qui - au vu du rythme britannique - peut s'avérer être nul dès 2 heures de l'après-midi. Ce qui veut dire en clair, que le stade est bien vite rempli d'un public qui n'y entend que dalle.

Mais n'est-ce pas au final un sport bien britannique que le cricket permettant, sans être trop déranger, de pouvoir boire son thé (oups ! Blasphème ! Sa bière !), lire son journal, parler du beau temps - et surtout de la pluie- avec son voisin de siège et ce, en toute absence d'effusion ou de débordement passionné ? D'aucun répondront : Indeed, my dear...

typical_cricket

« L’orthographe est le cricket des Français. Le cricket et l’orthographe ont en commun d’être incompréhensible aux étrangers, sans parler des indigènes. » - Alain Schifres